Mexique, Voyager

Road Trip au Mexique #8 – Palenque

1 juillet 2011
Palenque

Au revoir Yucatán. Adieu plages paradisiaques aux accents turquoises.
À présent, vous allez voir la vie en vert.
J’espère que votre vaccin anti-tétanique est à jour et que vous n’avez pas oublié vos comprimés anti-paludéens ; parce que là où je vous emmène, il y a de la bestiole au mètre-carré…
Bienvenue dans la jungle du Chiapas !

La dernière fois, je vous avais laissé dans le bus de nuit, direction Palenque.
Après un trajet peu reposant, de bons films pour développer son intellect (Transformers 2 ou Fast & Furious 4, ahem), nous voici donc à la gare routière de Palenque. Ne restons pas dans la ville, il n’y a pas grand chose à voir.
Non, prenons plutôt un colectivo pour rejoindre El Panchán… Un petit bout de jungle aménagé où l’on retrouvent hôtels, cabañas, emplacements à hamacs et restaurants, juste à quelques kilomètres du site archéologique.

Allez, suivez-nous chez Margarita et Ed.Nous poserons nos sacs à dos chez ce charmant couple mexicano-américain où règnent confort et propreté. La propriétaire va même jusqu’à tester les chambres pour s’assurer de la qualité de son service. 240 pesos pour une cabaña ou 270 pesos pour une chambre dans un bâtiment en dur ; étant donnée ma passion pour les bébêtes (ou bibites pour mes amis québécois), la 2e option semble la plus adaptée !

Débarrassés de notre barda, nous pouvons filer découvrir l’ancienne cité maya.
Située en pleine jungle, elle est accessible à pieds (après une bonne marche), ou, en colectivo, pour 10 malheureux pesos. Pour l’entrée au parc, comptez 25 pesos et 51 de plus pour la zone archéologique. Ces taxes permettent d’assurer l’entretien des lieux et de financer les recherches qui s’y poursuivent pour tenter de percer les mystères de cette cité.
Comparativement aux autres sites mayas, celui-ci est de taille moyenne mais architecturalement impressionnant. Ici et là, des monuments émergent de la forêt luxuriante. L’humidité persistante se joint aux rayons du soleil, formant un halo de gouttelettes suspendues autour des constructions. L’ambiance est irréelle.
Un fouet, un chapeau et appelez-moi Indiana !

Découverte à la fin du XVIIe siècle, par le frère Ramón de Ordoñez y Aguilar, cette cité, alors ensevelie sous la végétation, était quai-invisible. Aujourd’hui, on considère que la zone dégagée (environ 2,5 km²) ne représente que 10% de sa superficie totale !
Je vous laisse apprécier les lieux, on se retrouve à la sortie pour aller dîner…

PalenquePalenquePalenquePalenquePalenquePalenque

C’est bon, vos estomacs gargouillent ?
Alors, allons rendre visite à Don Mucho, un restaurant italo-mexicain situé à quelques pas de notre chambre. Ici les pizzas sont excellentes, les cocktails savoureux et vous pourrez goûter leurs succulentes quesadillas au nopal ; un cactus aussi connu sous le nom de figuier de barbarie et dont les feuilles goûtent un peu la haricot vert (en légèrement plus flotteux). À tester absolument ! L’ambiance grisante des bougies, des nappes colorées et du groupe de musique local devraient parfaire le tableau.

Quesadillas au NopalDon Mucho

C’est alors que des cris retentissent dans la nuit. Des cris gutturaux, déchirants. On s’attend à sentir la terre trembler, à voir un dinosaure jaillir de derrière cet arbre. Nous voici dans Jurassic Park ? Allons-nous servir de souper à une troupe de velociraptors ?
Rassurez-vous, ces cris ne sont que ceux des singes hurleurs ; enfin, ils suffiront à vous faire tressaillir cette nuit… Pour les plus téméraires, en voici un aperçu !

Vous avez quand même réussi à dormir ?
Bon, tant mieux ! La journée va être chargée…
Cette fois, nous prenons la route de San Cristobal de las Casas, une ville située à quelques 2 100 m d’altitude. Après les mises en garde de nos guides et de Margarita (notre charmante hôtesse), nous nous sommes résolus à ne pas faire ce voyage de nuit ; un voyage trop dangereux en raison de la route escarpée et de l’armée zapatiste qui contrôle la région. Si de jour, vous souhaitez partir en voiture, il faudra vous joindre à un convoi exceptionnel escorté par la police locale. Ça promet !
Pas franchement suicidaires, nous optons finalement pour une option mi-excursion, mi-transport ; le long du chemin, nous nous arrêterons pour contempler deux sites majeurs : Misol-Ha et Agua Azul.

Quelques minutes à peine après le départ, les choses semblent pourtant compromises…. Notre groupe est arrêté par un barrage de l’armée zapatiste exigeant 10 pesos de péage (bah oui, comme ça !) par passager et ce, dans chaque véhicule ; vu qu’ils sont armés de fusils, on va éviter de leur tenir tête !
Le barrage passé, nous atteignons enfin Misol-Ha ; une superbe chute d’eau de 30 m, située à flanc de montagne. Et comme dans les films d’aventure (ou les Goonies), on peut même passer derrière !

Misol HaMisol HaMisol HaMisol Ha

Deuxième escale… Agua Azul : une succession de petites cascades et bassins dans lesquels l’eau se pare d’une belle couleur azur. Enfin, en théorie !
Un orage ayant éclaté cette nuit, l’eau tire plutôt sur la marron aujourd’hui. Dommage !
Au lieu de nous baigner, allons donc en profiter pour picorer des chifles (chips de bananes plantain), concombres pimentés et empanadas (chaussons frits fourrés à la viande ou au fromage).

Agua AzulAgua AzulAgua AzulChiflesAgua Azul

Déjà 16h, il est temps de partir… Le guide nous conduit jusqu’à l’endroit où le bus est censé nous récupérer. Oui, je dis bien « censé » et je pèse mes mots. 15 min, 30 min, 45 min, 1 h et toujours aucune trace du bus. À vrai dire, aucune trace d’aucun véhicule à l’horizon… Les zapatistes ont dû piquer une colère et fermer leur barrage à la circulation. Plus de péage qui tienne ; plus personne ne passe ! Sympathique…
La nuit va bientôt tomber et il ne faut plus tarder.
Le chauffeur décide finalement de nous mettre dans un colectivo, direction Ocosingo (une ville à mi-chemin de notre destination). Là-bas, nous changeons de camion et approchons enfin de San Cristobal.
Après quelques barrièress zapatistes supplémentaires et quelques frayeurs (les Action-monsieurs accompagnés de mitraillettes, c’est pas vraiment accueillant), nous atteignons enfin la ville.

Mais pour le reste de l’aventure, il faudra encore patienter un peu !

Vous aimerez aussi

11 commentaires

  • Répondre letiziabarcelona 1 juillet 2011 at 8 h 29 min

    tout est superbe, j’ai vraiment l’impression d’y être à travers ton récit et tes photos, tu sais vraiment apporter de l’évasion et rendre vivant ce voyage que tu as fais!
    Ca me donne envie d’y retourner tiens!Quelle aventure, on attend la suite alors…

    • Répondre Anne-Laure 1 juillet 2011 at 8 h 31 min

      Merci Letizia pour ces compliments. Ces articles me permettre de revivre mon voyage, de m’en remémorer chaque instant et chaque parfum. Je me rends ainsi compte que ce n’était pas un rêve ! ^^
      Attention, teaser… La prochaine étape sera Oaxaca.

  • Répondre isa 1 juillet 2011 at 8 h 34 min

    Tes photos sont trés belles et me donneraient presque envie … J’ai été plusieurs fois en Amrique du Sud mais j’ai toujours soigneusement évité l’Amazonie.
    A chaque fois que j’y réfléchis, j’ai en tête des histoires de petites bêtes lus ou racontés qui me terrorisent … et en même temps j’adorerais faire les temples mayas !

    • Répondre Anne-Laure 1 juillet 2011 at 11 h 00 min

      Lors de notre voyage au Pérou, j’étais justement passée à côté de la jungle amazonienne. Nous en avions déjà fait beaucoup mais je regrettais de ne pas avoir vu, ressenti ce type de « contrée ». Avec la version mexicaine, c’est chose faite !
      Crois-moi, je suis vraiment peureuse et je déteste vraiment tout ce qui rampe. Mais, vraiment ! Hormis les coccinelles, les fourmis et les mouches, je ne supporte guère les insectes. Mais nous n’avons rien rencontré de terrible durant ces 2 jours à Palenque. On avait déjà eu droit aux cafards en début de voyage !
      Alors ne passe pas à côté de belles destinations pour ces petites bêtes, ce serait dommage ! :)

  • Répondre Koyangi 1 juillet 2011 at 13 h 06 min

    OMG, des sites mayas, je veux, je veuuuuux !!! Ta description et les photos font très Indianette Jones, en effet, ça doit être fantastique de se balader à travers ces monuments millénaires ! Et moi qui me posais des questions quant à la pertinence d’écrire un article sur un voyage passé au milieu d’autres articles de la vie quotidienne, ben, je trouve que ça passe super bien ! Continue !!!

    • Répondre Anne-Laure 1 juillet 2011 at 16 h 53 min

      C’était surtout fou de passer de la plage de sable blanc, à la jungle humide puis à la montagne, en quelques heures de bus. Tout comme le Pérou, le Mexique offre une variété de paysages assez impressionnante. Et quel choc en arrivant à Mexico ! Mais ça, c’est une autre histoire… 😉

  • Répondre July 2 juillet 2011 at 11 h 43 min

    Magnifiques les cascades je suis éblouie!

  • Répondre Faust'in 5 juillet 2011 at 11 h 41 min

    Tes photos de la cascades sont superbes …

    • Répondre Anne-Laure 5 juillet 2011 at 19 h 17 min

      Merci ! Le paysage était magnifique. Ça aide à faire de belles photos…

  • Répondre Road Trip au Mexique #9 – San Cristóbal de las Casas | Rue Rivard 19 juillet 2011 at 8 h 16 min

    […] fois, c’est la bonne ! Après quelques péripéties et mésaventures dans la jungle mexicaine, au détour de barrages révolutionnaires zapatistes, nous avons enfin atteint la ville de San […]

  • Répondre nanao 25 juillet 2011 at 19 h 31 min

    J’adore !!!!

  • Partagez vos pensées