Lecture

Échappées littéraires #9

8 octobre 2015
Dernières lectures Rue Rivard

Voilà presque un an que je n’ai pas partagé mes dernières lectures entre ces pages. Mariage, freelance, déménagement et immigration… L’année a été plutôt chargée, tenant mes yeux bien à l’écart de chapitres passionnants et d’histoires envoûtantes. Mais maintenant qu’une alliance brille à mon annulaire gauche, que mon agenda professionnel tourne au ralenti, et que nous avons pris nos marques à Montréal, j’ai tout le loisir de dévorer à nouveau des tomes en pagaille !
Alors sans plus tarder, voici un retour sur ces derniers livres bouquinés.

Le festin de John Saturnal – Lawrence Norfolk
★★★☆☆

Le Festin de John Saturnal - Lawrence NorfolkDu côté de la couv’ : Angleterre, XVIIe siècle : Susan, guérisseuse et sage-femme lègue à son fils, John, un savoir contenu dans « le Livre du festin des Saturnal ».
L’orphelin est envoyé au Manoir de Buckland. Affecté aux cuisines, il pénètre dans un univers de faste et d’abondance, peuplé d’une armée de domestiques sur lequel règne Maître Scowell. Peu à peu, John s’initie au secret des fourneaux et parvient à une maîtrise parfaite de son art.
A peine embauché, John s’éprend de Lucretia, le fille de Lord William. Mais leur union est impossible : la jeune fille doit épouser son cousin, Piers Callock, qu’elle déteste, pour que le manoir reste dans la famille.
Alors que John prépare le repas de noces de Lucretia et Piers, la nuit précédant le banquet, on apprend que le roi vient d’être destitué. C’est la guerre civile…
Les soldats fanatiques qui défendent les idéaux puritains de Cromwell saccagent le pays, instaurent une longue dictature qui plonge la société anglaise de la seconde moitié du XVIIe siècle dans la misère. Serait-ce aussi la fin de la malédiction qui pesait sur les destinées de John et de Lucrétia ?

Mon verdict : de très belles descriptions à savourer ; mais pour l’intrigue, on repassera !

Ce qui m’a attirée au départ dans ce livre, c’est la magnifique couverture de sa version originale. Je me suis ensuite penchée sur son résumé et la notion de cuisine couplée à la perspective d’un roman prenant place dans l’ancienne Angleterre ont eu raison de ma curiosité. Je me suis alors plongée dans ce roman. Au départ un peu laborieusement… Le rythme est lent, les personnages nombreux et difficiles à identifier, et je m’attendais à un brin de magie ou de fantastique dans cette histoire. Mais que nenni ! Tant pis, je réajuste mes attentes.

C’est alors que John pénètre dans les cuisines de Buckland… Le rythme s’accélère. Le héros nous entraîne dans son quotidien aux fourneaux et jongle avec des recettes médiévales dont on aimerait percevoir le goût. Devant nos yeux se joue un ballet entre maîtres et serviteurs qui n’est pas sans rappeler Downton Abbey, transposé à une époque plus lointaine. J’ai alors été prise au jeu… Heureuse de redécouvrir une période sombre de l’histoire de l’Angleterre et de me questionner quant à la saveur de ces mets concoctés avec passion.

L’écriture est fluide. Le discours est ponctué de magnifiques descriptions et d’éléments qui ont dû nécessiter des centaines d’heures de recherche. Ne serait-ce que pour nous décrire ces recettes oubliées. Les décors sont savamment détaillés et l’on se projette aux côtés de John dans ces cuisines bousculées par les bruits et les odeurs. Si les recettes dévoilées sont inattendues, malheureusement, l’intrigue de fond à une saveur de déjà-vu… Et moi, je reste sur ma faim !

 

The Woodcutter – Kate Danley
★★★★★

The Woodcutter - Kate DanleyDu côté de la couv’ : dans les profondeurs du Bois, une jeune femme gît morte. Son corps ne porte aucune marque. Son meurtrier n’a laissé aucune trace. Seules ses pantoufles de verre ébréchées nous laissent deviner son identité.
Le Bûcheron, gardien de la paix entre les Douze Royaumes de l’Homme et le royaume de Féerie, doit trouver l’assassin de la jeune fille avant que d’autres ne partagent son sort. Guidé par le vent et aidé par trois haches enchantées, il entame sa chasse. Très vite, le Bûcheron constate que le meurtre de cette jeune fille n’est pas le seul mystère qu’il devra résoudre : l’un des monstrueux chiens d’Odin s’est échappé, un manoir sinistre apparaît là où il ne devrait pas, un commerce illégal de poussière de fée sévit, et de nouvelles jeunes filles disparaissent à leur tour. Tapie dans l’ombre, une reine maléfique et avide de pouvoir tire les ficelles pour détruire les Douze Royaumes et anéantir Féérie…

Mon verdict : une réécriture surprenante et palpitante des contes de fées classiques.

À la façon de la série Once Upon a Time, The Woodcutter puise dans le folklore nordique et les contes de fées de notre enfance pour nous plonger dans un monde sombre où magie et suspense se côtoient sans relâche.
Moi qui aime la fantasy, les mythes et les légendes du petit peuple, j’ai été servie ! Je me suis évadée dans ce monde à l’opposé de mon quotidien. J’ai pris plaisir à retrouver ces personnages que l’on connaît si bien et à les voir évoluer dans un tout autre univers, dans des situations totalement insoupçonnées. Kate Danley a su me transporter au gré de son écriture simple mais richement détaillée. À un rythme effréné, les images se sont enchaînées sous mes yeux et les pages ont défilé entre mes doigts. Un beau conte pour adultes !

J’ai lu ce livre dans sa version originale en anglais. J’ai fouillé le web pour voir si une traduction française était prévue dans les mois à venir ; mais je n’ai trouvé aucune info laissant croire que le projet est dans les tuyaux. Affaire à suivre…

 

Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles – Suzanne Hayes et Loretta Nyhan
★★★★☆

Petites recettes de bonheure pour les temps difficilesDu côté de la couv’ : Depuis que son mari a été appelé à rejoindre les forces alliées pour combattre en Europe, Glory Whitehall s’ennuie. Enceinte, seule avec son fils de deux ans dans sa grande demeure du Massachusetts, la pétillante jeune femme cherche une amie à qui parler.
À des centaines de kilomètres de là, en Iowa, Rita Vincenzo s’interroge : comment joindre les deux bouts dans un pays rationné ? Comment réconforter la douce Roylene, la fiancée de son fils parti pour le front ? Et, surtout, avec qui partager les angoisses et les joies du quotidien ?
Puis un jour, Rita reçoit une lettre d’une inconnue nommée Glory, comme elle épouse de soldat.
Recettes pour lutter contre la morosité, conseils de jardinage, échange de confidences, de potins de voisinage et de secrets plus intimes… Unies par un inébranlable optimisme, Glory et Rita vont partager une intense complicité épistolaire. Et découvrir que, même dans les temps les plus difficiles, le bonheur trouve toujours un chemin.

Mon verdict : une jolie découverte touchante.

J’ai lu ce livre dans le cadre du club de lecture lancé par Victoria du blog Mango & Salt. Ce que j’attendais de ce club, c’est qu’il me sorte de ma zone de confort, qu’il me fasse quitter les rayons Fantasy et Fantastique de la bibliothèque pour me pousser à lire un autre genre de livres. Et il n’a pas démérité !

Je dois l’avouer, j’ai mis un temps à m’habituer au format de ce roman épistolaire écrit à deux mains et à prendre ses personnages au sérieux (surtout Glory que je trouvais particulièrement agaçante au début – jusqu’à ce que l’on en découvre davantage sur son passé). C’est un livre sans suspense comme je n’ai pas l’habitude d’en lire, et son fond ne me donnait pas une folle envie de connaître la suite ou de me jeter sur la prochaine page.

Et pourtant, ce livre m’a plu ! Parce que j’y ai appris de nombreuses choses sur la vie menée durant cette Seconde Guerre Mondiale, comme la censure auxquelles étaient soumises les lettres échangées entre les soldats et leurs épouses, ou les recettes permettant de se faire plaisir même en période de rationnement. Parce qu’une fois passé l’effet de surprise quant à son format, on se plaît à côtoyer Glory et Rita, à se placer en confidente et à se projeter dans leur situation. Parce que c’est un livre bonne humeur et plein d’espoir narrant une belle histoire d’amitié, qui réchauffe le cœur et accroche le sourire aux lèvres.

J’ai tourné chaque page avec légèreté et puis, contre toute attente, plus la fin de la guerre et le débarquement se profilaient, plus j’ai eu du mal à le relâcher… jusqu’à verser quelques larmes. Alors merci pour la découverte !

De votre côté, qu’avez-vous lu de chouette ou de moins chouette récemment ?
 

Vous aimerez aussi

6 commentaires

  • Répondre Mélodie 8 octobre 2015 at 3 h 45 min

    The Woodcutter à l’air vraiment top! J’adore les contes de fées revisites :)

    • Répondre Anne-Laure 8 octobre 2015 at 9 h 42 min

      Ce livre m’a bien embarquée dans son univers. Si tu y plonges aussi, j’espère qu’il te plaira tout autant !

  • Répondre Louise Grenadine 9 octobre 2015 at 11 h 39 min

    The Woodcutter a l’air plutôt sympa ! 😀
    Merci pour le partage. :)

    • Répondre Anne-Laure 13 octobre 2015 at 9 h 15 min

      Héhé tout le plaisir a été pour moi ! :)

  • Répondre Laurelas 12 octobre 2015 at 11 h 26 min

    Ah je note pour The Woodcutter, et j’aurais bien lu le premier mais curieusement, ton avis ne m’a pas donné une envie soudaine de m’y plonger… Tant pis :)

    • Répondre Anne-Laure 13 octobre 2015 at 9 h 20 min

      J’ai beaucoup aimé l’univers des cuisines décrit dans Le Festin de John Saturnal mais j’en attendais un peu plus du côté de l’intrigue… Si tu le lis, reviens par ici me dire ce que tu en as pensé ! :)

    Partagez vos pensées