La résidence permanente

Alors ce retour ? Pas trop dur ?

23 décembre 2010
Hôtel-Dieu Lyon

Voici LA question à laquelle j’ai droit chaque jour depuis mon retour en France ; LA grande question qui brûle les lèvres de toutes les personnes que je retrouve. Comme si elles s’attendaient à me voir dépérir. Comme si c’était une fatalité de déprimer en revenant ici.
En effet, ce n’est pas facile ; j’ai perdu mes repères dans mon propre pays et j’ai besoin de les reconstruire. Mais le moral est bon. Alors, vous qui semblez si prévenants, laissez-moi faire mon bonhomme de chemin sans vouloir noircir ce beau tableau qui pour le moment est empli de retrouvailles et de redécouvertes. ^_^

Mais puisque vous me posez la question, je vais y répondre en toute honnêteté…
Voilà maintenant 13 jours que nous avons posé le pied sur le sol encore enneigé de Roissy. Hein ? Combien ? 13 jours… Vraiment ? J’ai du mal à y croire.
13 jours se sont écoulés depuis ce retour redouté et pour le moment rien ne semble aller de travers.

Toutefois, je ne vous cacherai pas que certaines personnes me manquent (les filles, vous vous reconnaîtrez) et que j’avais pris pour acquis de nombreuses choses :

– les emballeurs aux caisses des supermarchés, qui sont là spécialement pour remplir vos sacs des articles qui sortent du tapis roulant. Ainsi, vous ne perdez pas de temps à jongler entre un sac troué, une botte de poireaux qui essaye de se faire la malle et la caissière qui attend impatiemment que vous composiez ce satané code de CB pour pouvoir encaisser le client suivant qui commence déjà à vous maudire tout en levant les yeux au ciel.

– les magasins qui sont tous ouverts le dimanche, vous évitant de courir dans tous les sens dès le samedi matin parce qu’il faut aller faire les courses ici, aller récupérer le nettoyage à sec là et puis filer acheter un bouquet pour Tante Chantale avant de passer prendre le dessert pour le dîner du soir-même. Et puis, ça change des dimanches après-midi glauques et déprimants où vous déambulez tel un zombie dans une ville fantôme où les seules âmes que vous croisez sont celles des joggeurs essoufflés ou des promeneurs de chiens. OK, je suis peut-être un peu de mauvaise foi ; les fêtes approchant à pas de géant, ces temps-ci les boutiques sont ouvertes 7j/7.

– le retrait d’espèces aux caisses des supermarchés – oui, encore elles ! C’est qu’on en trouve des services pratiques à leurs côtés. Sachez qu’au Canada, si votre note est de 22$ et que vous avez besoin de liquide, il vous suffit de demander à la gentille madame (ou monsieur, aucune discrimination ici !) de rajouter 40$ à votre ticket de caisse. Vous paierez alors 62$ avec votre CB et elle (ou il) vous rendra 40$ en monnaie. Plus pratique que le distributeur du concurrent qui vous extorque des frais à chaque retrait.

– au restaurant, la facture de la table est déjà divisée selon le nombre de convives et les commandes de chacun. Aucun calcul à faire, aucun invité lésé qui se retrouve à payer pour un dessert qu’il n’a pas mangé et pas de serveur qui ronchonne parce que vous n’êtes pas assez rapide en calcul mental.

– En parlant de serveur, c’est plutôt sympa aussi de pouvoir faire pression sur leur prestation avec le rajout du pourboire au moment de quitter la table. Pas toujours facile à calculer mais bon, ça fait travailler les quelques neurones qu’il nous reste !

– Et enfin, la sérénité ambiante qui suit les grosses chutes de neige en ville – contre le capharnaüm et le battage médiatique que cela produit ici – mais s’il vous plaît, calmez-vous, ce n’est que de la neige !

Je laisse ces agréables petites choses derrière moi mais c’est pour mieux en redécouvrir d’autres :

– bien évidemment la famille : le bébé-frère qui pousse et n’est plus un bébé mais un petit homme, la grand-mère dont la mémoire file et s’enfuit chaque jour un peu plus et dont il faut profiter tant qu’il est encore temps et les autres frère-soeur qui, presque adultes, mènent maintenant leur barque comme des grands.

– les amies qui n’ont rien perdu de leur peps et sont toujours là, même après 2 ans de séparation.

– le fromage, le vin, les shokobons, Picard, j’en passe et des meilleurs. Là, c’est mon estomac qui parle ! Parce que bon, même si on trouve de tout à Montréal, un époisses à 7€ au lieu de 20$, ce n’est pas de refus.

– les bistrots typiquement de chez nous avec leur plat du jour à 8€ – taxe et pourboire compris – vous ne rêvez pas messieurs-dames, aujourd’hui c’est bonheur.

– les taxes incluses également sur les prix affichés en magasin. C’est bon de savoir exactement de combien on allège son porte-monnaie.

– la sécurité sociale : quelle aubaine de ne pas avoir à débourser 295$ pour ma prochaine carie – car vu mon patrimoine génétique, il y en aura une prochaine…

– et puis, c’est bien aussi de se passer de collants sous les pantalons, de doubles-chaussettes, d’après-ski, de culottes en pilou – ok, je dérive.

On m’avait dit que je me prendrai une claque lors de mes retrouvailles avec la « pas si toujours douce » France mais jusqu’à présent, ma joue est fraîche et guillerette. J’en suis encore au bonheur de retrouver les miens ; les fêtes de fin d’année ne font que commencer et de beaux projets se profilent à l’horizon. Alors le légendaire contre-coup, il peut venir ; je l’attends de pied ferme et je suis armée jusqu’aux dents !

Vous aimerez aussi

20 commentaires

  • Répondre alapage 23 décembre 2010 at 10 h 35 min

    attention, on va finir par regretter de ne pas être parti avec toi 😉

    • Répondre anneloric 23 décembre 2010 at 10 h 42 min

      A chaque pays, ses petits plus ! Mais c’est en partant qu’on se rend compte qu’on est bien chez nous aussi ! ^_^

  • Répondre Anne-Cé 23 décembre 2010 at 11 h 07 min

    Complétement d’accord avec toi. Savoure ton retour comme il se doit!

    • Répondre anneloric 23 décembre 2010 at 22 h 00 min

      Toi aussi, profites-en (avant d’aller dévaler les pistes puis faire la bise à Dumbo) !

  • Répondre Sophie 23 décembre 2010 at 11 h 18 min

    Mieux vaut t’attendre au pire pour finalement positiver :)
    Et si un jour la morosité des Français ou la lenteur des administrations t’embêtent, il nous restera toujours les pizzas de la cafet et les sushis de Sushishop :)
    Un an après, j’ai encore envie de demander du cachback à chaque fois que je paie par CB … Du coup j’ai jamais de monnaie! On essaie de lancer ça en France? 😀

    • Répondre anneloric 23 décembre 2010 at 22 h 02 min

      Oui, vu ce à quoi je m’attendais, je ne risquais pas d’être déçue ! :)
      Allez, changeons cette sublime expérience qu’est le passage en caisse. On va devenir riche Sophie, moi jte le dis !

  • Répondre Bourroush 23 décembre 2010 at 14 h 14 min

    Au moment où j’écris, il neige a la fenêtre, et le temps vient de s’arrêter :) Merci pour cet article qui donne le gout de revenir, même si choisir entre 2 maisons n’est pas toujours facile ! Bisous à tous les deux

    • Répondre anneloric 23 décembre 2010 at 22 h 03 min

      En plus, quand vous rentrerez, ce sera encore meilleur… On sera installés et on pourra vous briefer !

  • Répondre Lucile 23 décembre 2010 at 22 h 39 min

    AAAAAH mais qu’il est bon de te lire… :) Tu me rassures :) Profite bien de l’epoisse à 7€ hoooo! Can’t wait de m’en goinffrer jusqu’au cou.

    • Répondre anneloric 23 décembre 2010 at 23 h 11 min

      Héhé. Passe un joyeux noël québécois et donne nous des news quand tu es de retour au pays.
      Bisous avec une haleine de fromage qui pue à tuer les mouches !

  • Répondre Justine 23 décembre 2010 at 23 h 24 min

    Je suis déjà venu ici mais sans laisser de com. Moi aussi je suis française, je suis à Montréal depuis le 01/12/09 grâce au PVT et là j’ai fait une demande de permis de travail dont j’attend la réponse. Je suis venue ici avec mon copain pour qu’il finisse ses études et en espérant lui faire aimer le Québec… mais ses proches lui manquent et pour lui il est hors de questions de rester ici… bien sûr moi aussi un peu mais j’aime vivre ici et c’est à reculons que je vais devoir prendre mon billet retour… Parce qu’ici je me sens bien et heureuse, je peux pas décrire exactement pourquoi mais c’est comme si ma vie elle était ici et retourner en France je sais que pour moi ça sera dur.

    • Répondre anneloric 24 décembre 2010 at 10 h 42 min

      Je comprends tout à fait ce que peut ressentir ton copain car ça a été un peu difficile pour moi aussi au début. Au Québec, il faut plus de temps qu’en France pour construire des relations et se faire des amis. Mais une fois le cap passé, la vie y est très agréable.
      Même si tu rentres en France, cela ne veut pas dire que c’est la fin de ton aventure québécoise. Qui sait, ce n’est peut-être que partie remise…

  • Répondre Olivier 24 décembre 2010 at 2 h 44 min

    Bon et puis une maison à Montréal et une maison en France, ça la fait non?? Pourquoi il faudrait choisir ? :-)

    Miss you les amis !!

    PS: ah oui il ne faut pas oublier la case à la Réunion…promis je vous invite.

    • Répondre anneloric 24 décembre 2010 at 10 h 37 min

      Repère-nous un petit 5 1/2 chaleureux, je joue et JE GAGNE au loto la semaine prochaine et notre résidence secondaire est toute trouvée 😉
      Profitez bien de New York !

  • Répondre banji 29 décembre 2010 at 20 h 53 min

    Et la poutine ? Pas un mot pour la poutine ?? 😉
    Tout pareil que toi, il faut savoir voir les bons cotés et on s’en sort à tous les coups !

    • Répondre anneloric 29 décembre 2010 at 23 h 35 min

      T’inquiètes Banji, la poutine aura droit à un article dont elle sera la star à part entière ! On a fait des réserves de sauce Saint Hubert avant de quitter le territoire 😉

  • Répondre Laurelas 8 janvier 2011 at 22 h 52 min

    Je suis partie bien moins longtemps que toi, et pas si loin que ça (en Angleterre) mais j’ai vécu le même genre de retour. J’étais heureuse d’avoir retrouvé ma famille, mes amis, Paris, la France et le bon pain et fromage :)

    • Répondre anneloric 11 janvier 2011 at 10 h 45 min

      Mine de rien, on reste attaché à sa culture !

  • Répondre Nina 26 mai 2011 at 17 h 24 min

    Oh, je découvre ce billet alors que je m’apprête à rentrer après deux ans à Montréal, moi aussi..
    Ça me rassure un peu.. On en reparle dans 2 mois ?

    A bientôt !

    • Répondre Anne-Laure 26 mai 2011 at 18 h 40 min

      Tu rentres d’ici la fin de l’été ?
      Pour être honnête, comme tu le verras, le début est pur bonheur : tu retrouves ta famille, tes amis, les gourmandises de ton enfance, bref tout ce qui pouvait te manquer. Ce qui te fait complètement oublier les petits travers de notre cher pays. 😉
      J’ai eu un peu plus de mal au moment de rechercher un appart ; replonger dans les dédales de l’administration française a été le plus dur. Mais cela reste facilement surmontable, surtout si bien entourée !
      Tu sais déjà où tu vas t’installer à ton retour ?

    Partagez vos pensées