Lecture

Un bijou de poésie, d’encre et de papier

31 janvier 2011
Stardust - Charles Vess

Vous ne vous êtes jamais demandé ce qui arrivait à une étoile filante lorsqu’elle traversait la voie lactée ?
Est-ce qu’elle poursuit sa folle course indéfiniment ?
Est-ce qu’elle brûle jusqu’à se consumer totalement ?
Est-ce qu’elle continue sur sa lancée jusqu’à s’écraser quelque part sur une lointaine planète ?
Est-elle rattrapée par une troupe d’extra-terrestres dompteurs d’astéroïdes et menée jusqu’à leur arène intergalactique ?
Bon, ça suffit les suppositions à 2 balles…

Cette question (la 1ère hein, pas celle des extra-terrestres), Neil Gaiman, se l’est posée lors d’une nuit dans le désert tandis qu’il contemplait le firmament.
Et sa réponse ? Elle se résume en un magnifique livre : Stardust.

A Noël, entre une rediffusion du King Kong de 1933 et un petit déjeuner devant Bernard et Bianca (oui, y’a des matins comme ça…), j’ai eu l’occasion de voir l’adaptation hollywoodienne du roman. Bien que ce ne soit pas un grand film, l’univers dépeint, les étranges personnages et la pointe d’humour palpable tout au long de l’aventure m’ont intriguée et surtout donnée envie d’aller plus loin….

J’ai donc couru jusqu’à la bibliothèque m’emparer du roman dans sa version originale. Et, encore une fois, la plume de l’auteur britannique m’a charmée. A un tel point que je m’apprête à parcourir la traduction française du bouquin. Mais non, je ne suis pas folle (du moins, pas trop) ! Je veux juste m’assurer de n’être passée à côté d’aucune subtilité tant cette histoire est riche.

Riche de personnages surprenants : des pirates chasseurs de foudre voguant à travers les nuages, des sorcières vieillissant au rythme de leurs sortilèges et cherchant désespérément à retrouver leur jeunesse perdue, une fratrie avide de pouvoir se disputant, jusqu’à la mort, le trône de leur défunt père, …

Riche de détails et de finesse : les mystérieuses contrées sont décrites avec une telle précision que vous voilà transporté dans la cité victorienne de Wall, mené aux abords de cet infranchissable mur puis propulsé en plein Féerie.

Riche de clins d’oeil et de symboles empruntés aux comptines anglaises, aux mythes européens et aux maîtres de la littérature classique tels que Dickens ou Shakespeare.

L’imagination de Neil Gaiman semble intarissable ; à peine le temps de souffler qu’une nouvelle créature surgit, qu’un nouveau décor vous submerge. Je me suis vue plusieurs fois lever les yeux du livre et me dire « mais où est-ce qu’il est allé chercher ça ? ». Je ne sais pas ce que Monsieur consomme, ni où il se fournit, mais j’en veux bien un morceau ; si cela me promet une évasion à la hauteur de son récit !

En somme, Stardust est un conte de fées pour adultes, à savourer au creux du lit pour une nuit pleine de fabuleuses rencontres.

Stardust - Neil GaimanLe livre
Stardust de Neil Gaiman
(éditions J’ai lu)

Le style
Fantasy

Le pitch
D’un côté, il y a Wall, paisible village niché au sein d’une calme forêt anglaise. De l’autre, Féerie, univers d’enchantements, de sorcières, de licornes et de princes sanguinaires. Où jeunesse, pouvoir et amour se gagnent à force de sortilèges, de lames ensorcelées et de fioles de poison. Entre les deux, il y a le Mur, l’infranchissable et épaisse muraille qui ceint le hameau et le sépare de Féerie.

Infranchissable ? Pas tout à fait, puisque tous les neuf ans s’ouvre la Foire des Fées qui, durant un jour et une nuit, permet aux deux mondes de se rencontrer.

Dans certaines circonstances cependant, attendre la prochaine Foire est impossible. Car quand on s’appelle Tristran Thorn et que l’on a promis à sa belle, pour le prix d’un baiser – ou peut-être plus – l’étoile filante tombée du firmament de l’autre côté du Mur, aucun obstacle ne saurait nuire à l’amour…

Verdict
Un livre incontournable pour tout fan de Fantasy qui se respecte.

Conseil d’amie
Procurez-vous la version superbement illustrée par Charles Vess ; la lecture n’en sera que plus merveilleuse.

Vous aimerez aussi

6 commentaires

  • Répondre Koyangi 31 janvier 2011 at 13 h 07 min

    J’avais vu le film hollywoodien qui ne m’avait pas super convaincue à l’époque car je l’avais trouvé assez niais, mais ta description du livre me donne envie de me plonger dans le récit. Je le note dans ma PAL. Merci !

    • Répondre anneloric 31 janvier 2011 at 18 h 35 min

      Dans le livre, le lecteur est au cœur de l’aventure et s’évade à travers la découverte de l’étrange et merveilleux Féerie ; alors que le film tourne beaucoup plus autour de l’histoire d’amour. J’espère que cela te plaira !

  • Répondre Faustine 31 janvier 2011 at 21 h 55 min

    Tu le racontes tellement bien que tu viens de me séduire. Je note et je cours me le procurer très rapidement …

    • Répondre anneloric 31 janvier 2011 at 22 h 05 min

      J’espère que la plume de Neil Gaiman te séduira tout autant…

  • Répondre Et 1 bougie pour Rue Rivard ! (concours inside) | Rue Rivard 23 septembre 2011 at 8 h 15 min

    […] de mes livres préférés : « Stardust » de Neil Gaiman, dont je vous parlais ici. > Un sachet de pralines typiquement lyonnaises, accompagné de ses recettes pour faire le plein […]

  • Répondre Rue Rivard » Blog Archive » The Ocean At The End Of The Lane de Neil Gaiman 23 octobre 2014 at 10 h 05 min

    […] poétique, de ses personnages fantastiques et de ses univers oniriques dont je vous parlais déjà ici, là ou encore là. Avec ce court livre de 181 pages, il réussit encore à me séduire et […]