Lecture

The Ocean At The End Of The Lane, de Neil Gaiman

16 juillet 2014
The Ocean ah the End of the Lane - Neil Gaiman

Aujourd’hui, j’avais prévu de vous emmener en Thaïlande, à la découverte de l’île de Koh Tao. Une île pour laquelle nous avons eu un coup de cœur et sommes restés une semaine au lieu des 4 jours prévus pour que l’Homme passe son niveau de plongée. Mais finalement, j’ai décidé de tout chambouler ! Parce que ce week-end, j’ai fait une jolie rencontre littéraire…

Ce week-end, entre une escapade gustative au Mexique, des soldes quelque peu automnaux et totalement imprévus, et des soirées entre copains, j’ai terminé la lecture du livre de Neil Gaiman, The Ocean at the End of the Lane. Et comme il m’a transportée, je ne pouvais pas ne pas vous en parler. À peine la dernière page dévorée, il fallait que je couche ces mots sur le clavier pour vous recommander ce bouquin !

Neil Gaiman est indiscutablement mon auteur préféré. Je suis fan de sa plume poétique, de ses personnages fantastiques et de ses univers oniriques dont je vous parlais déjà ici, ou encore . Avec ce court livre de 181 pages, il réussit encore à me séduire et m’emporter dans des endroits insoupçonnés ; et encore mieux, à me faire philosopher. Pourtant, avec une moyenne de 6 en terminale et un 6 peu surprenant au bac en philo, je partais de loin !

Mais alors, ce livre il raconte quoi ?

Du côté de la couv’ : En Angleterre, au cœur du Sussex, un homme revient dans son quartier d’enfance pour assister à des funérailles. La maison qu’il habitait étant petit a disparu depuis bien longtemps, mais le voilà attiré par la ferme voisine au bout du chemin. Une ferme où, quand il avait sept ans, il a rencontré une fillette extraordinaire, Lettie Hempstock. Il n’a pas pensé à Lettie depuis des décennies. Et pourtant, alors qu’il est assis près de l’étang derrière l’ancienne ferme délabrée (un étang que Lettie disait être un océan), le passé oublié ressurgit. C’est un passé trop étrange, trop effrayant, trop dangereux pour être avoir été vécu, surtout par un petit garçon.

Quarante ans plus tôt, dans le jardin de cette ferme située au bout du chemin, un homme s’est suicidé dans une voiture volée. Sa mort a entraîné des conséquences inimaginables… Quelque chose de noir a été relâché, quelque chose d’effrayant et de complètement incompréhensible pour un petit garçon. Heureusement pour lui, Lettie – fillette magique, réconfortante et sage malgré son jeune âge apparent – a promis de le protéger, peu importe ce qui les attend.

Mon verdict : ★★★★☆

Je ne savais pas à quoi m’attendre en attaquant ce livre car je n’avais même pas lu le 4e de couverture, préférant me laisser guider par ce titre plein de mystère. Mais le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a été une bonne surprise, une lecture à part avec un effet secondaire que peu de livres me procurent. Je l’ai dévoré en quelques jours. J’ai été embarquée jusqu’au dernier mot. Et une fois la lecture achevée, un sentiment bizarre m’a envahie comme si je ne voulais plus sortir de cette petite bulle créée par Neil Gaiman. Cette petit bulle, le sujet de ce livre que Neil Gaimain décrit avec une justesse touchante est tout simplement l’enfance, l’influence des contes sur nos jeunes années et la présence de ce petit être qui persiste à vivre en chacun de nous même une fois adulte.

L’auteur fait certainement appel à beaucoup de sentiments de sa jeunesse. On sent qu’il a donné de sa personne autant que de sa plume. Mais ses sentiments font également directement écho à ma propre jeunesse… et je crois que c’est ce qui m’a plu dans The Ocean at the End of the Lane. Une dose de mélancolie, un brin de nostalgie, une louche de peurs et d’ innocence, se mélangeant aux doutes et aux questionnements. L’histoire fantastique n’est qu’un prétexte à nous replonger dans nos propres souvenirs d’enfant. Je suis contente d’avoir lu ce livre maintenant. S’il était sorti plus tôt et si je l’avais lu plus jeune, je crois que je ne l’aurait pas apprécié comme je l’ai aimé là, avec mon regard de trentenaire toute fraîche.

Au-delà de cette double lecture, on se laisse happer par l’intrigue, des personnages attachants et des créatures dignes d’Alice au Pays des Merveilles et de Coraline.

Ce n’est pas mon Neil Gaiman préféré, mais c’est tout de même un livre à lire pour découvrir la plume de cet auteur, dans toute sa grandeur. Et je crois que je vais rapidement le parcourir une deuxième fois pour en saisir tous le sens et les subtilités, maintenant que toute l’intrigue m’a été dévoilée.

Une version française de ce livre, consacré Book of the Year par les lecteurs anglais en 2013, est prévue pour octobre 2014. Et les droits cinématographiques ont été achetés. À suivre…

Et vous, qu’avez-vous lu récemment ? Quel livre vous a transporté en ce début d’été ?

Edit du 23 octobre 2014 : La version française du livre vient de paraître sous le titre L’océan au Bout du Chemin. À vos pauses lecture !

Vous aimerez aussi

5 commentaires

  • Répondre Gaëlle 16 juillet 2014 at 12 h 37 min

    Bon et bien il n’y a plus qu’à attendre septembre !

    • Répondre Anne-Laure 17 juillet 2014 at 12 h 16 min

      Ou alors jusqu’en novembre… Ça me fait une idée de cadeau ! :p

      • Répondre Gaëlle 18 juillet 2014 at 12 h 27 min

        ^_^ (il n’y a pas de smiley avec des étoiles dans les yeux !)

  • Répondre Laurelas 21 juillet 2014 at 22 h 22 min

    Je l’ai ajouté a ma liste de livres à lire, tu m’as donné envie de découvrir ce qu’il s’y passe :)

    • Répondre Anne-Laure 22 juillet 2014 at 9 h 18 min

      Oh j’espère que cette aventure étonnante te plaira alors ! :)

    Partagez vos pensées