Dans mon panier

Dans mon panier du Pérou

12 février 2017
Que ramener du Pérou?

Monsieur étant à demi-péruvien de sang, j’ai déjà eu la chance de visiter ce beau pays d’Amérique du sud aux multiples paysages. Là où bien des mystères subsistent et où la gastronomie est à tomber. J’avais d’ailleurs commencé à vous raconter ce périple sur le blogue, mais je me suis arrêtée en cours de route. Une bonne excuse pour y retourner dans les prochaines années!

Bref, 10 ans après ce voyage inoubliable, Monsieur a fui l’hiver québécois pour s’offrir une petite escapade et des retrouvailles familiales du côté de Lima. Comme il était compliqué pour moi de prendre des vacances à ce moment-là, je me suis consolée avec toutes les bonnes choses qu’il m’a ramenées. Bon, je vais pas vous le cacher (vous allez vite le voir de toute façon!), y’a pas mal de nourriture à la clé!

Voici donc quelques souvenirs typiquement péruviens à glisser dans votre panier pour découvrir ce pays plusieurs fois couronné « meilleure destination gastronomique au monde ». Pour info, on trouve la plupart de ces produits dans les épiceries latino-américaines de Montréal. Notamment chez Sabor Latino (4387 boulevard Saint-Laurent) ou aux abords du marché Jean Talon. Il y a aussi plusieurs magasins du genre à Paris. Allez sur ce, buen provecho!

Du aji amarillo
C’est LA base de la cuisine péruvienne. Ce piment jaune est fort oui, mais aussi très goûteux. On peut donc l’utiliser comme du tabasco, pour relever une viande ou une sauce. Mais on peut aussi construire tout un plat autour de sa saveur unique. On le retrouve d’ailleurs dans mes 3 spécialités péruviennes préférées: la papa a la huancaina, le aji de gallina et la causa rellena.

On peut l’acheter frais, congelé ou en pâte. Cette dernière étant la façon la plus simple de le transporter et de l’apprêter.
Et si vous craignez le piment, sachez que vous pouvez trouver des sachets d’aji amarillo moulu, sans le piquant. Vous pouvez ainsi profiter de sa saveur sans vous brûler les papilles!

Que ramener du Pérou?

Du rocoto et du panca
D’autres piments typiques de la gastronomie péruvienne. Ceux-ci sont de couleur rouge. Le rocoto, aux allures de tomate, est fort et très fruité. Dans la région d’Arequipa, on le farcit de viande hachée. Le piment panca, plus doux, s’utilise davantage séché et moulu à la manière du paprika. Vous trouverez ces piments en pâte ou en poudre, avec ou sans pouvoir piquant.

Des sauces huancaina, tari et uchucuta
De nombreuses sauces sont dérivées de ces piments et se trouvent toutes prêtes en petits ou en gros sachets. Une alternative plus exotique aux habituels ketchup, moutarde et mayo!

La sauce huancaina à l’aji amarillo, au fromage frais (type ricotta) et au lait est délicieuse chaude nappée sur des pommes de terre, ou froide dans un sandwich au poulet. Je pourrais m’en faire des tartines!

Créé par le grand chef Gaston Acurio, le tari contient de l’aji amarillo et de nombreuses épices (oignon, ail, cumin, moutarde,…). Plus pimenté que la huancaina, il accompagne très bien les viandes grillées et les poissons frits ou panés.

La uchucuta est une crème de rocoto qui ressemble un peu à une mayonnaise épicée. Parfaite avec des frites de patates douces ou des bananes plantains!

Que ramener du Pérou?

Du chocolat
Le Pérou est aussi reconnu pour la qualité de ses fèves de cacao. Alors, hop! On en profite pour se rapporter quelques tablettes de chocolat biologique et équitable. En plus, les emballages sont trop jolis. Ce qui en fait aussi de bonnes idées cadeaux!

Que ramener du Pérou?

Des sublime
Une friandise signée Nestlé qui consiste en une barre de chocolat au lait remplie de cacahuètes.

Que ramener du Pérou?

Du café
Pour accompagner son chocolat, on peut aussi ramener du bon café. Oui, c’est le café qui accompagne le chocolat, et pas le contraire!

Que ramener du Pérou?

Des rosquetes
Les rosquetes, c’est un peu comme les grattons lyonnais. Tu vas une première fois croquer dedans et te dire… Hmm, c’est bizarre. C’est pas vraiment bon, mais j’y retourne quand même. Oh, ben le paquet est fini!
Bon c’est leur seul point commun avec les grattons car il s’agit en fait de petits gâteaux secs salés, préparés à base de farine de manioc. Ils ont la forme d’anneaux et leur texture rappelle un peu celle d’une meringue (en moins friable).

Du manjar blanco
Si contrairement à moi vous raffolez de dulce de leche et autre confiture de lait, goûtez donc au manjar blanco, leur cousin péruvien à la vanille et à la cannelle. Cette tartinade sucrée peut se manger telle quelle sur une tranche de pain. Mais elle est souvent utilisée pour garnir des pâtisseries comme les churros ou les alfajores (un biscuit-sandwich composé de deux sablés et d’une couche de manjar au milieu).

Que ramener du Pérou?

Des livres de cuisine
Pour pouvoir reproduire les délicieuses spécialités péruviennes à la maison.
J’ai eu la chance de recevoir le livre de cuisine d’une des tantes de Monsieur en cadeau. Un carnet rempli de recettes découpées au fil des années dans les journaux. Ça m’a beaucoup touchée! Il ne me reste qu’à brancher mon cerveau sur le canal espagnol et hop, aux fourneaux!

Que ramener du Pérou?

Si vous cherchez un bon livre de recettes péruviennes, je vous recommande Ceviche de Martin Morales. Martin est un chef péruvien installé à Londres, propriétaire du super restaurant Andina dont je vous avez tant vanté les mérites dans mes carnets de voyage londoniens. Dans ce livre, on trouve des recettes de ceviches, de poissons, de viandes et de salades. Mais aussi des boissons, des desserts, des plats végétariens et de la street-food tout droit sortie des rues de Lima. La plupart des recettes peuvent se préparer avec ce qui se trouve dans nos placards et un petit chapitre est dédié à toutes ces épices et condiments qui font la richesse de la cuisine péruvienne.

Une nappe
L’été, j’adore profiter des parcs de Montréal, y pique-niquer, y lire un livre, y rêvasser. Comme au Pérou, le tissage et la broderie font partie intégrante de l’artisanat, c’est l’occasion d’y débusquer de jolis tissus pouvant servir de plaid ou de nappe à la belle saison.

Que ramener du Pérou?

Ayudín
Bon ça, ça ne sert à rien ; mais c’est ma petite lubie personnelle alors Monsieur m’en a ramené. Il s’agit simplement d’un savon à vaisselle sous forme solide. Ça m’avait fait rire lors de notre voyage et c’est devenu une private joke avec sa famille. Du coup, il m’en fallait un pot en souvenir du bon vieux temps!

Que ramener du Pérou?

Je suis curieuse… avez-vous déjà goûté à la cuisine péruvienne?

Vous aimerez aussi

4 commentaires

  • Répondre Marie 13 février 2017 at 7 h 36 min

    Jamais! Tout ces piments me font un peu peur mais tu as quand réussi à m’en donner l’eau à la bouche! Trop gentil ce chéri :)

  • Répondre Camille 13 février 2017 at 13 h 44 min

    Le manjar blanc m’a donné envie de prendre un avion tout de suite ! J’ai été biberonnée au manjar (l’autre, le brun), mais sincèrement, je n’ai jamais adoré ça (mon dieu j’espère que ni ma mère ni ma grand-mère vont tomber sur ce commentaire), et là, « vanille » et « cannelle », ça allume des petites étincelles dans mes yeux.
    (Ça et les tablettes de chocolat trop belles.)

    • Répondre Anne-Laure 16 février 2017 at 19 h 27 min

      Oh mais oui, il doit y avoir plusieurs points communs entre les cuisines chiliennes et péruviennes. D’ailleurs, tu connais un bon resto chilien à Montréal?

      • Répondre Camille 16 février 2017 at 22 h 18 min

        J’ai entendu parler du resto » Barros Luco » dans le Mile End, mais je sais pas du tout ce que ça vaut – le nom de Barros Luco, c’est le nom d’un sandwich au bœuf genre croque-monsieur, du coup je sais pas ce qu’on peut attendre d’un tel resto ! ^^
        J’ai toujours eu tendance a penser que la cuisine chilienne est très peu fine et très lourde, je crois que pour le coup, le Pérou a plus à offrir ! (Même mes grands-parents, chiliens, mais et fins gastronomes, se ruent dans les restos péruviens au Chili, plus que tout autre endroit !)

    Partagez vos pensées