Guadeloupe, Voyager

Petit guide pratique pour des vacances en Guadeloupe

7 mars 2012
Guadeloupe

Avant de vous en raconter plus et de vous en montrer encore sur notre voyage, je me suis dit qu’un petit guide pratique serait bien utile pour s’y repérer. Et puis, quelques conseils sont toujours les bienvenus pour qui planifie prochainement un voyage en Guadeloupe ou qui souhaite en découvrir davantage sur cette belle région.

Commençons par une brève leçon de géographie.
Élèves distraits ou bavards, ne vous inquiétez pas ; pas d’interro surprise aujourd’hui !
Petit moyen mnémotechnique pour s’y retrouver… la Guadeloupe ressemble en fait à un gracieux papillon en plein vol ; chacune de ses ailes représentant l’une de ses îles principales. Autour d’elles virevoltent quelques coccinelles, que sont les îles de Marie-Galante, La Désirade, Les Saintes et Petite Terre.

Map Guadeloupe

Chacune des deux ailes dispose de son propre climat et de ses propres attractions.
Basse-Terre, à bâbord, attirera les amoureux du vert, de la nature, de la faune, de la flore, du climat tropical, des volcans, de la plongée, des plages sauvages ou plages de sable noir et des activités sportives, type canyoning.

Chute du Carbet

Grande-Terre, à tribord, attirera les urbains sur le marché de Pointe-à-Pitre, les amateurs de stations balnéaires, plages de sable fin, bains de foule, sorties gastronomiques, excursions nautiques et activités oisives, type crêpe au soleil.

Plage Caravelle

De notre côté, c’est comme ce bon vieux « frites ou salade ? », on a dit « les deux ! ».
Au total, nous sommes restés 10 jours et c’est, je pense, le minimum. Il y a tout de même 7 ou 8 heures de vol (ma mémoire me fait défaut), et je pense qu’une semaine c’est bien trop cours pour se remettre du voyage, du décalage horaire et profiter de tous les attraits du coin.
Ces 10 jours étaient parfaits pour faire le tour de ce que nous voulions voir, sans courir, en se reposant un minimum, et sans rentrer frustrés.

Où loger en Guadeloupe ?
Nous avons délaissé les gros hôtels, bien trop remplis, au profit d’un logement en studio. Cette formule nous permettant d’être indépendants, de manger dehors ou de se concocter notre pitance nous-même, à notre guise (maudit Jean Rochefort qui apparaît dès que je prononce ce mot…).
Et pour minimiser les déplacements, nous avions opté pour un logement sur Basse-Terre les 6 premiers nuits, puis sur Grande-Terre les 4 dernières.

Le Parc aux Orchidées
Située à Pointe-Noire, sur la côte ouest de Basse-Terre, cette oasis de verdure offre trois bungalows nichés au coeur d’une forêt d’orchidées. À l’abri des regards et des bruits de la ville, vous voilà plongés en pleine nature. Le matin, les oiseaux viennent picorer à vos côtés sur la terrasse ; et le soir, les grenouilles entament leur chant pour accompagner votre dégustation de ti-punch dans la cuisine extérieure. Les propriétaires sont accueillants et de bons conseils ; vous ne les apercevrez que peu durant le séjour.
Le bungalow Thunbergia qui nous a été octroyé comportait une chambre principale avec moustiquaire et ventilateurs, une petite chambre attenante pouvant accueillir deux minipousses, une salle de bain avec douche et toilettes, un salon-terrasse et une cuisine extérieure toute équipée. Le tout pour 70 € par nuit en haute saison. L’établissement met également à votre disposition une piscine, un jacuzzi et des massages sont proposés.
Seuls défauts au tableau : l’eau chaude qui manque terriblement (même si en journée il fait plus de 25 °C, les nuits sont fraîches et c’est toujours plus agréable de se laver les cheveux dans la chaleur et la bonne humeur). Disons aussi que les lieux auraient pu être plus propres : rideau de douche en phase terminale, grille du four non-nettoyée par les précédents locataires,…

Parc aux Orchidées

Les Bananiers
Changement d’île, changement de décor !
Ici, on se trouve à Gosier, la plus grosse ville touristique de Guadeloupe. L’hôtel composé de 6 studios et 6 chambres se trouvent à 15 minutes à pieds du centre ville et de la plage municipale, dans une zone très calme malgré la proximité de la route. Les logements sont agencés en « L » autour d’une piscine et d’un magnifique jardin où se succèdent bananiers, palmiers et délicats lumignons. Les propriétaires vous accueillent sur leur terrasse, en face de la piscine, pour le petit déjeuner (confiture de banane à tomber !) et sont d’une chaleur et d’une gentillesse remarquables. Si vous souhaitez passer un séjour en tête à tête sans jamais croiser les voisins ou discuter avec votre hôte, passez votre chemin.
Pour ma part, j’ai adoré les lieux. Pour 80 € par nuit, le studio est on ne peut plus propre (le ménage passe tous les jours) et est équipé d’une télé, de la clim, d’une salle de bain avec douche (et rideau propre) et d’une cuisine extérieure avec terrasse.

Hôtel Les Bananiers

Et aussi, j’oubliais un détail simple mais néanmoins important pour toute blogueuse, twitteuse, instagrameuse et pinteresteuse qui se repecte… Les deux adresses sont équipées d’un accès internet ; prise CPL pour le premier et wifi pour le deuxième.

Comment se déplacer en Guadeloupe ?

La voiture est INDISPENSABLE, sauf si vous comptez végéter sur la plage de votre hôtel durant tout le séjour. Ce qui, entre nous serait bien dommage. Ne comptez pas sur les transports locaux pour vous accompagner ; même les guadeloupéens leur préfèrent le stop.
Le route n’est pas toujours des plus simples, surtout sur Basse-Terre où elle monte, descend, vire à gauche, tourne à droite… bref, une route de montagne sans le plaisir de la conduite sur neige (ironie !). Mais les gens font attention et conduisent relativement doucement – rien à voir avec Lyon ! Et si vous êtes à la traîne, les locaux pendront le soin de vous doubler sans klaxon ni majeur levé. Le pied, n’est-il pas ?

En terme de prestataire, nous avions choisi Budget car en réservant sur le net, ce sont les seuls qui prennent en compte la Visa Premier et ne vous rajoutent pas plein d’assurances inutiles. À la sortie de l’aéroport, dirigez-vous vers les loueurs pour les formalités, puis un van vous emmènera jusqu’aux parkings pour récupérer votre bolide. Nous avions une charmante Ford Fiesta entre les doigts et c’était largement suffisant. Bon, certaines côtes se font en deuxième mais la conductrice loin d’être chevronnée que je suis, s’en est sortie. Pour 10 jours de location, comptez 306 € (hors essence).

Bilan du séjour : un beau 870 km parcouru, les doigts dans le nez et les orteils dans les tongs.
Et quant au GPS, oubliez ! Il n’y a pas 36 routes pour traverser l’île et tout est bien fléché. Et puis, de toute façon, il ne s’y repère même pas. Le nôtre, enfin celui que papa de l’Homme a eu la gentillesse de nous prêter (merci encore), n’a pas vu un rayon de soleil.

Où manger en Guadeloupe ?

Poisson Grillé

Nous avions apporté quelques provisions avec nous type riz pour un demi-péruvien qui ne peut s’en passer, barres de céréales pour une hypoglycémique notoire et condiments pour ne pas les jeter aux 9/10e pleins. Ensuite, nous avons fait quelques petits points courses dans des Huit à Huit sur Basse-Terre ou chez Leader Price sur Grande-Terre.
Les fruits et légumes nous tendaient les bras sur les marchés, entre deux stands d’acras et de boudins. C’est comme partout, pour manger pas cher, mangez local ! On oublie donc sa tartine de Nutella ou ses Chocapic au petit-déjeuner. Hein, ça on y aura droit durant les 50 autres semaines de l’année ! Et on se rabat plutôt sur les confitures de fruits exotiques, gâteaux au coco, bananes décadentes et ananas juteux.

Seule difficulté en terme de ravitaillement… Qui a dit « le rhum » ?! De ce côté là, pas de trouble (c’est plutôt le regard qui l’est au bout de quelques verres). Non, bizarrement, c’est le poisson frais qui est difficile à trouver. La plupart des prises filent directement dans les hôtels et restaurants ; et au supermarché, vous avez le choix entre la morue à dessaler ou les crevettes congelées de Thaïlande. Dernière option, tentez les marchés aux poissons ou port de pêche en fin de matinée et priez pour qu’un pêcheur sur le retour ait pitié de vous et daigne vous vendre son poisson.
Franchement, on n’a pas réussi. Mon poisson grillé, je l’ai donc dégusté les pieds dans le sable, un cocktail sur la table d’un restaurant. C’est bien aussi, vous me direz !

Que faire en Guadeloupe ?

Plage

Des quantités de choses…
– Bronzer sur l’une des magnifiques plages de sable blanc, jaune ou noir.
– Plonger du côté de la Réserve Cousteau, au large de Malendure.
– Pagayer dans la mangrove à bord d’un canoë.
– Monter la Soufrière et admirer le panorama (si vous avez la chance d’y aller un jour où c’est découvert. Nous, ce n’était même pas la peine de grimper).
– S’extasier parmi les fleurs du Jardin Botanique de Deshaies.
– Titiller les ratons-laveurs du Parc des Mamelles.
– Conduire le long de la côte et admirer les plus beaux couchers de soleil.
– Visiter une vanilleraie/bananeraie/plantation de café.
– Affronter les eaux et rochers d’un canyon (pour une excursion canyoning, je ne peux que vous recommander d’y aller avec Canopée, gentil organisateur d’aventures situées à Malendure).
– Admirer la vue sur l’Océan Pacifique depuis la Pointe des Châteaux.
– Se régaler autour de plats typiques et cocktails à base de rhum ou fruits tropicaux.

Et l’accueil alors ?

Ti-punch

Génial, chaleureux, ouvert et souriant.
Bien loin des rumeurs de racisme dont nos oreilles ont été les victimes, avant notre départ. Cette région est magnifique et ses habitants généreux. Alors tant que vous respectez leur histoire, leur culture et leurs îles, ils vous respecteront. Plutôt logique non ?

Après tout ce blabla (pardonnez-moi pour la longueur de ce texte mais j’en avais du conseil à livrer !), je vous donne de nouveau rendez-vous avec la Guadeloupe la semaine prochaine ; avec moins de mots et beaucoup plus d’images !

Vous aimerez aussi

13 commentaires

  • Répondre Corinne (Couleur Café) 7 mars 2012 at 8 h 28 min

    Un guide très pratique 😉 Très bien résumé, très bien raconté, très bien vendu :-) Pour ma part, je préfèrerais la Grande-Terre, la faune et la flore me parlent moins (en réalité je ne suis pas une grande amie des bêtes, quelle que soit leur taille !!!) ! Bises ♥

    • Répondre Anne-Laure 7 mars 2012 at 8 h 57 min

      Peut-être un peu long mais j’avais tellement de souvenirs à raconter que j’ai préféré ne pas me brider ou me censurer. Alors je suis plus que contente que ça t’ait plu ! 😀

  • Répondre Ines 7 mars 2012 at 9 h 13 min

    Et bien un super article avec une mine d’infos pour qui veut partir ds cette belle île et je dois dire que tu « vends » très bien la destination…ça me fait sacrément envie une petite escapade aux antilles! L’île a l’air de réserver des paysages et des activités multiples et variées pour plaire à tout le monde…J’ai hâte de lire et voir ton prochain article!

    • Répondre Anne-Laure 7 mars 2012 at 10 h 10 min

      C’est vraiment un gros point fort de l’île ces paysages et activités multiples. C’est aussi une destination parfaite pour voyager avec des enfants en bas âge ou des ados. Je pense vraiment que la Guadeloupe et moi, on se recroisera ! :)
      Allez, petite confidence pour finir… Le prochain billet sur le sujet sera gourmand !

  • Répondre Cynthia 7 mars 2012 at 11 h 18 min

    Contente de lire tes commentaires sur l’accueil, mon copain me faisait justement des commentaires négatifs alors qu’il n’y est jamais allé!

    • Répondre Anne-Laure 7 mars 2012 at 11 h 23 min

      Nous avons eu beaucoup d’écho à ce sujet avant notre départ. Il y a sûrement eu des mauvaises expériences durant les grèves qui ont secoué l’île il y a quelques années. De notre côté, nous n’avons ressenti aucune agressivité ou antipathie. Après, je pense que c’est comme dans toute destination, tant que tu ne joues pas le touriste gros et gras qui ne respecte rien, il n’y a aucune raison pour ne pas être respecté à son tour ! :)

  • Répondre LadyMilonguera 7 mars 2012 at 12 h 05 min

    A la lecture de ce billet, on a envie de te suivre en Guadeloupe !

    • Répondre Anne-Laure 9 mars 2012 at 12 h 12 min

      Merci pour ce gentil compliment ! :)

  • Répondre Koyangi 9 mars 2012 at 13 h 40 min

    Hé bien grâce à toi, je saurais reconnaître la Guadeloupe à présent sur les cartes, même si j’ai été googlisé l’emplacement exact car je savais que c’était dans les Caraïbes mais pas exactement où (mon point de repère dans la région, c’est la République Dominicaine où je suis allée 2 fois ;o)).

    Alors que je reconnais bien la belle couleur turquoise de l’eau et le sable blanc, je me rends compte que la nourriture est complètement différente en Guadeloupe de ce que j’ai connu à Punta Cana, mais c’est normal, c’est français (enfin, plus ou moins pour les acras et le boudin ;o) Pas délirer, non plus) !

    En tout cas, tu m’as donné très envie d’y aller, il faut que j’en parle à Lui pour la prochaine fois !

  • Répondre Anny 12 janvier 2013 at 1 h 10 min

    Alors ma chériiiiiie….. JE DOIS TE DIRE UN TRUC HYYYYYYPER IMPORTANT qui nous horripile nous habitants d’une île paradisiaque où on trouve des cocotiers, décolle les doigts de ton clavier et écoute (lis) bien ce message :

    on dit LA noix de coco bien sur, mais DU coco ou AU coco, c’est un nom masculin

    C’est comme par exemple si tu disais LA raisin (arrrg nan?) on dit LA grappe de raisin mais LE raisin.

    En fait le fruit du cocotier c’est « le coco » mais on peut l’appeler aussi « une noix de » coco(tier)

    (oui je sais, on sent l’antillaise frustrée par des années de maltraitance de son fruit préféré!!)

    Si au moins une personne au monde lisait ce message j’aurais accompli ma mission, (et si quelqu’un pouvait le faire suivre à Cyril Lignac, alors là….)

    Merci! 😉

    • Répondre Anne-Laure 13 janvier 2013 at 12 h 43 min

      Et voilà, l’erreur est réparée. La maltraitance de ton fruit préféré n’aurait plus lieu dans cet article.
      Le comble, c’est qu’au Québec, ils disent aussi « le coco ». Entre autres expressions locales, j’avais pris le pli durant mon séjour là-bas. Mais en rentrant en France et me faisant vanner sur le vocabulaire québécois si vite assimilé, je me suis débarrassée de cette nouvelle façon de parler. Coco y compris ! :p

      • Répondre Anny 13 janvier 2013 at 13 h 48 min

        Ma pauvre, tu ne dois plus savoir où donner de la tête avec tous tes voyages!! 😀

        Compte sur tes fidèles lectrices pour te rappeler à l’ordre 😉

        Bisous

  • Répondre Guadeloupe 15 avril 2013 at 14 h 27 min

    Quel bel hommage à la Guadeloupe avec cet article, je crois que vous m’avez donné envie d’y aller pour mes prochaines vacances 😉

  • Partagez vos pensées